PAPDA

Plateforme Haïtienne de Plaidoyer pour un Développement Alternatif

   


Home - Démocratie participative - Réflexions critiques

L’héritage explosif de Franz Fanon

Par Max Rustal • Mis en ligne le 14 juillet 2012

Posté le 25 juillet 2012 par PAPDA

La dis­pa­ri­tion de David Macey dont nous ap­pre­nons le décès ce 7 oc­tobre 2011 par un mes­sage de la fon­da­tion Frantz Fanon m’a choqué. Pour­tant, il y a peu en­core, j’ignorais jusqu’à l’existence de ce conscien­cieux bio­graphe qui s’en va à soixante-deux ans, sans avoir vu la pa­ru­tion en fran­çais de son œuvre ma­gis­trale, « Frantz Fanon, Une vie », prévue dans quelques jours. Ce sen­ti­ment diffus de tra­gédie mêlée d’injustice vient peut-être d’un rap­pro­che­ment plus ou moins conscient avec de fâ­cheux évé­ne­ments, si­mi­laires ou proches. À com­mencer par la lutte opi­niâtre de Fanon lui-même pour ter­miner « Les damnés de la terre », tout en se sa­chant ir­ré­mé­dia­ble­ment condamné. Vient en­suite son décès, trois mois et demi avant la si­gna­ture des ac­cords d’Evian met­tant fin à la sale guerre d’Algérie, en mars 1962. Sur le même re­gistre, le trou­blant as­sas­sinat d’Amilcar Ca­bral, six mois avant l’indépendance de la Guinée-Bissau, le combat de sa vie. Bref, au­tant de coïn­ci­dences gé­né­rant une ul­time frus­tra­tion qui laisse l’homme amer, im­puis­sant et so­li­taire, face à la ter­rible iné­luc­ta­bi­lité de sa des­tinée personnelle.

L’approche de David Macey ré­vèle le souci d’exactitude du dé­tail et de la per­ti­nence de l’analyse, pas­sant en revue nombre de ré­centes contri­bu­tions sur le même sujet, al­lant même à dé­cor­ti­quer l’actualité po­li­tique mar­ti­ni­quaise pour mieux com­prendre, de sorte qu’elle nous force à nous in­ter­roger sur l’opportunité, voire l’utilité, d’une pu­bli­ca­tion de plus sur la vie et l’œuvre de Frantz Fanon.

Pour­tant, c’est bien ce défi que re­lève Phi­lippe Pierre-Charles, ex­ploi­tant ju­di­cieu­se­ment l’importante do­cu­men­ta­tion fournie par des au­teurs d’horizons di­vers, an­ciens ou ré­cents - y com­pris David Macey ! -, ainsi que par des té­moins dignes de foi [1]. Il offre de la sorte un éclai­rage à la fois dé­ca­pant et pé­da­go­gique. De même, il ap­porte la preuve, s’il en était be­soin, qu’il y a en­core beau­coup à dire sur cette « Tête brûlée », comme les bien-pensants des an­nées cin­quante dé­si­gnaient dis­crè­te­ment l’héroïque dis­si­dent, ayant eux-mêmes pour di­verses rai­sons adopté comme champ de ba­taille la sa­vane de Fort-de-France plutôt que les ma­quis de leur mé­tro­pole. Il montre en pas­sant que l’on ne sau­rait être un au­then­tique fa­no­nien sans l’esprit cri­tique et le parler-vrai qui ne furent pas les moindres qua­lités de l’auteur de « Peau noire... ».

Il ne fait pas de doute que, vi­vant, Frantz Omar Fanon au­rait fus­tigé sans mé­na­ge­ment les agis­se­ments d’une caste militaro-politique, cri­mi­nelle et cor­rompue, qui dé­tour­nant à son profit le pres­tige du FLN, a fait main basse sur la ré­vo­lu­tion al­gé­rienne. Le tor­rent de cri­tiques sans merci ar­ti­cu­lées à l’encontre des « bour­geoi­sies na­tio­nales » as­ser­vies aux in­té­rêts de l’impérialisme n’auraient pas épargné les pro­fi­teurs de la rente pé­tro­lière, in­ca­pables d’offrir une quel­conque pers­pec­tive à un peuple qui, échaudé par la ré­pres­sion meur­trière de mars 1988, at­tend son heure. De même, li­béré de ses res­pon­sa­bi­lités dans l’appareil du FLN, on veut croire que toutes les pré­cau­tions de lan­gage dont s’est en­touré Fanon à l’égard du « monde com­mu­niste » ne l’auraient plus em­pêché d’en dé­noncer les dé­rives clai­re­ment éta­blies. En effet, ré­tros­pec­ti­ve­ment, il est bien évident que « faire du neuf », c’était sur­tout éviter les deux sys­tèmes en vi­gueur, et ou­vrir la troi­sième voie d’un « nouvel humanisme ».

« Com­ment peut-on être fa­no­nien aujourd’hui » ? Ainsi pourrait-on - selon moi - ex­primer la pro­blé­ma­tique de Phi­lippe Pierre-Charles. Une dé­marche en œuvre aussi bien au ni­veau de l’appréciation de l’apport théo­rique et pra­tique du com­bat­tant, que de la ma­nière dont cet hé­ri­tage ex­plosif pour­rait être uti­lisé dans les luttes d’aujourd’hui. Ex­plosif en ce sens qu’il contient tous les in­gré­dients de na­ture à faire voler en éclats les pré­jugés et men­songes qui ont fait, et qui conti­nuent de faire tant fait de mal. Ex­plosif parce que l’on ne peut s’en em­parer sans re­mettre en cause l’ordre so­cial do­mi­nant, in­juste et alié­nant. Ex­plosif parce qu’il nous in­vite, par l’exemple, à ré­viser le degré de notre en­ga­ge­ment per­sonnel ; car même au risque de l’erreur (« ...il est trop tôt...ou trop tard » [2]), il n’y a pas de place pour la tié­deur, la pu­sil­la­ni­mité ni la demi-mesure dans l’engagement au sens fa­no­nien. Il est total, ou il n’est pas.

On est frappé par l’adéquation de ce que l’auteur ap­pelle « l’actualité de Fanon », et qui n’a rien d’une for­mule conven­tion­nelle. Je veux parler par exemple de la des­crip­tion fa­no­nienne de l’ahurissant par­ti­tion­ne­ment de la cité entre nantis et ex­clus, entre les pro­fi­teurs et les damnés, « ce monde coupé en deux » qui pour­rait faire penser à une an­ti­ci­pa­tion mar­quée du sceau de l’exagération. Mais il est vrai qu’à cer­tains égards, elle n’est pas sans rap­peler le « quar­tier chic de Di­dier » d’une cer­taine époque, ou en­core les églises de nom­breuses pa­roisses dont les bancs fai­saient l’objet d’un apar­theid sans fard. Pour citer le Sous-commandant Marcos :« Aujourd’hui comme hier, les pauvres sont au fond des la­trines, et les riches sont assis sur la cu­vette ». Si l’on consi­dère les for­ti­fi­ca­tions dont sont obligés de s’entourer les nantis, tandis que les autres s’agglutinent dans les bi­don­villes et les cités dites « po­pu­laires », il y a tout lieu de penser que la des­crip­tion de la co­lonie nord-africaine était en même temps l’inquiétante ex­tra­po­la­tion d’un monde en­sau­vagé. Et c’est vrai que, comme constate Phi­lippe Pierre-Charles, qu’il y a un « be­soin de Fanon », pour com­prendre, dans un pre­mier temps.

Quant au se­cond volet, celui de la praxis, c’est-à-dire de l’ensemble des pro­cessus à ac­tiver dans la pers­pec­tive de ré­vo­lu­tionner l’ordre so­cial, la dé­marche de l’auteur n’est pas moins per­ti­nente et fer­tile. Ainsi, met-il en re­lief les points clés de la pensée comme de la pra­tique du com­bat­tant sur maints su­jets brû­lants : La vio­lence, l’internationalisme, la place de la femme dans la so­ciété, le mo­dèle de dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique, les rap­ports entre « lea­ders » et masses etc. Le tout, ana­lysé sans ido­lâ­trie im­pro­duc­tive, sans langue de bois sté­ri­li­sante, au­tant de tares aux an­ti­podes de la ma­nière Fanon.

Enfin, et c’est tout à l’honneur de Phi­lippe Pierre-Charles, il est l’un des pre­miers à confronter la pensée et l’action de Fanon avec les tra­jec­toires idéo­lo­giques des mi­li­tants de son temps, avec les pro­duc­tions de ceux qui s’en sont ré­clamé, en Mar­ti­nique et ailleurs, compte tenu des mu­ta­tions du monde pen­dant le demi-siècle écoulé, et des né­ces­sités du combat éman­ci­pa­teur d’aujourd’hui.

Max Rustal, Fort-de-France le 27/10/2011

Source : http://www.europe-solidaire.org/spip.php ?article25843



 

Conférence-débat sur le Droit à la terre et la souveraineté alimentaire en Haïti, Mardi 31 Mai 2016, FANNY VILLA, 8h30-3h30

Posté le 20 mai 2016 par Ricot Jean Pierre

Courriers d’Haïti... Incendies et vases communiquants 22 août 2014

Posté le 28 août 2014 par PAPDA

PROGRAMME ETASUNIEN DE DESTABILISATION CONTRE LES MEDECINS CUBAINS

Posté le 25 août 2014 par PAPDA

Carta abierta sobre Cuba

Posté le 24 juin 2014 par PAPDA

Les organisations de la société civile réclament un Conseil électoral équilibré et le vote des amendements à la loi électorale

Posté le 23 mai 2014 par PAPDA

Déclaration de solidarité des organisations haïtiennes avec la Révolution Bolivarienne

Posté le 9 avril 2014 par Camille Chalmers

27 ans après, acquis et limites sur fond d’amendement

Posté le 1er avril 2014 par PAPDA

Deklarasyon Inisyativ MPDP nan okazyon 28 lane anivèsè 7 fevriye a

Posté le 3 mars 2014 par PAPDA

25 vérités sur les manifestations au Venezuela

Posté le 28 février 2014 par PAPDA

D’une tente à une chambre, rien n’a vraiment changé

Posté le 6 février 2014 par PAPDA

 

Démysthifier les Institutions de micro-finance

Posté le 8 septembre 2014

Mouvman patriyotik demokratik popilè (MPDP) yon nouvo zouti politik

Posté le 8 septembre 2014

Le gouvernement livre au capital impérialiste 83 % des ressources pétrolières appartenant au peuple mexicain

Posté le 5 septembre 2014

Courriers d’Haïti... Incendies et vases communiquants 22 août 2014

Posté le 28 août 2014

American Curios (La Jornada)

Posté le 26 août 2014

PROGRAMME ETASUNIEN DE DESTABILISATION CONTRE LES MEDECINS CUBAINS

Posté le 25 août 2014

Cuba, un modèle selon l’Organisation mondiale de la santé

Posté le 7 août 2014

IN DEFENSE OF PALESTINE

Posté le 7 août 2014

EN DEFENSA DE PALESTINA

Posté le 7 août 2014

Comment l’aide au développement se privatise au profit des grandes multinationales

Posté le 21 juillet 2014

 
 

Tous droits réservés © PAPDA 2005

URL ancien site (archives): www.rehred-haiti.net/membres/papda/ancien

Site réalisé par la PAPDA

Utilisation de SPIP, logiciel libre distribué sous license GPL

Hébergement chez Alternatives Canada


Enhance your browsing experience: Get Firefox