PAPDA

Plateforme Haïtienne de Plaidoyer pour un Développement Alternatif

   


Home - Intégration Alternative - Accord de Cotonou/APE

CEDEAO - Enjeux des négociations sur les Accords de partenariat économique (APE)

Posté le 29 mai 2009 par PAPDA

Les Accords de partenariat économique (Ape) dont la conclusion se profile à l’horizon risquent de se solder par un autre échec. Au cours d’une étude sur les scénarii possibles, les spécialistes ont exprimé la crainte que les positions tranchées des deux parties ne conduisent à une impasse. Ce qui, dans la situation actuelle et avec les forces en présence, risquerait de conduire un pays comme la Côte d’Ivoire à s’exclure de la sous-région, en cassant la dynamique d’intégration régionale.

L’intégration régionale tient à un fil


Par Justin GOMIS - Le Quotidien - Dakar

Il y a deux ans, les pays africains dans leur majorité avaient refusé de signer les Accords de partenariat économique (Ape) avec l’Ue. Cet accord qui vise à mettre en place un partenariat économique suscite toujours bien des passions, même si la situation a fortement évolué par rapport à la fin de 2007. Toutefois, la date du 30 juin 2009 retenue pour une nouvelle tentative d’aboutissement des accords, pour arriver à une libéralisation du commerce des marchandises, ne sera probablement pas respectée.

Les membres de la société civile, les négociateurs du ministère du Commerce, des experts du ministère de l’Economie et des Finances, des parlementaires, ainsi que des représentants de la Délégation de la Commission européenne à Dakar, se sont retrouvés hier dans une salle de l’Ucad 2, dans le cadre d’un atelier d’échanges et de partage, sur les possibles scenarios auxquels la région ouest-africaine va devoir faire face à l’approche de l’échéance du 30 juin. Le chargé des programmes des négociations commerciales internationales à Enda Syspro, le Dr. Cheikh Tidiane Dièye a identifié quatre scénarios possibles, parmi lesquels deux semblent plus plausibles.

Néanmoins, le présentateur lui-même, le Dr. Dièye, considère que les négociations actuelles ont peu de chances d’aboutir à l’échéance fixée, et cela, pour plusieurs raisons. Il indique qu’il existe des points de divergence si flagrantes entre les deux parties, qu’il semble difficile de les combler dans le peu de temps qui reste. Ces divergences portent entre autres, sur le niveau de la libéralisation. L’Union européenne (Ue) demande à l’Afrique de l’Ouest de libéraliser son commerce à 80%, sur une période de 15 ans. Une proposition jugée inappropriée par la partie ouest-africaine, qui propose de libéraliser à 60% sur une période de 25 ans. Au vu de ce contraste au niveau des ambitions, les deux parties ne pourront pas accorder leurs violons dans un court délai. « Il est trop difficile d’avoir un compromis entre l’Ue et l’Afrique l’Ouest sur ce point », estime M. Dièye.

En fait, pour lui, l’Union européenne considère qu’elle ne pourrait pas reculer sur ce point, car elle a déjà obtenu ailleurs, avec certains pays d’Afrique, des niveaux de libéralisation à hauteur de 80%. Et rien que pour cela, l’Europe en son sens, ne voudra pas créer de précédent en accordant à l’Afrique de l’Ouest moins de 80%. Poursuivant son analyse, M Dièye pense que « l’Afrique de l’Ouest n’aurait aucun intérêt à aller au-delà de 60 à 65%, parce qu’elle mettrait en danger ses produits sensibles face à la concurrence européenne. Ce qui serait très irresponsable de la part des politiques ouest africaines », prévient-il.

Autre facteur qui pourrait bloquer la conclusion de ce partenariat selon le docteur Dièye, ce sont les clauses introduites par la partie africaine pour la protection des industries naissantes pour la capacité de mettre en oeuvre les politiques sectorielles régionales. Cette idée, de l’avis de Cheikh Tidiane Dièye, est rejetée par l’Europe.

Ainsi, si chaque partie reste figée dans sa position, on va inévitablement vers un échec le 30 juin et cela pourrait conduire à un statu quo, en ce sens que la Côte d’ Ivoire, qui a déjà signé, voudra faire respecter sa signature. Le Ghana, qui a paraphé son accord maintiendra aussi son paraphe, et le Nigeria quant à lui, va rester dans son statut de Système généralisé de préférences, de même que les pays les moins avancés comme le Sénégal et les autres 12 pays pauvres de la région Cedeao, qui pourraient camper dans leur position parce que ne trouvant aucun intérêt à signer un partenariat qui leur demande trop de libéralisation sur une période très restreinte.

Malheureusement, cette situation rendra difficile la réalisation de l’intégration régionale, analyse le chargé des programmes de Enda Syspro. Parce que poursuit-il, « la Côte d’Ivoire est membre de l’Uemoa, qui est un traité aux termes duquel aucun membre ne peut signer aucun accord commercial avec des tierces parties. Alors l’Uemoa verra d’office la Cote d’Ivoire s’exclure du processus d’intégration ». Ceci conduirait à un échec de l’intégration régionale. Ainsi, il pense qu’il revient aux hommes politiques de mener une bataille qui éviterait à l’Afrique de conclure un mauvais Ape. Il leur faudrait donc s’investir à consolider les acquis afin d’éviter une implosion qui pourrait conduire à un échec de cette intégration africaine.



 

Déclaration des OSC sur l’avenir des relations UE - ACP dans un environnement changeant

Posté le 11 novembre 2011 par

NGOs demand immediate end to EPAs

Posté le 8 avril 2010 par PAPDA

Intervention du Député européen Kader Arif sur les Accords de Partenariat Économiques

Posté le 8 avril 2010 par Ceco

Accords de Partenariat Economiques (APE) : Le nouveau gouvernement vend la peau de la population haïtienne

Posté le 21 décembre 2009 par Ceco

Lettre adressée au premier ministre Pierre-Louis

Posté le 5 octobre 2009 par Ceco

Lettre adressée au Président Préval

Posté le 1er juillet 2009 par Ceco

APE. Le score reste : initiés : 36 contre 40 ; signés : 19 contre 57

Posté le 17 juin 2009 par PAPDA

Fonds européen de développement (FED) : La Commission européenne impose son agenda

Posté le 17 juin 2009 par PAPDA

Lèt tou louvri rezo pwodiktè kafe ayisyen yo pou Prezidan Preval ak Premye Minis la pou voye jete APE yo

Posté le 22 octobre 2008 par Ricot Jean Pierre

Mobilizasyon Kowalisyon BARE APE nan dat 15 Oktòb 2008 kont APE, kont Grangou ak Dèt Ekstèn - Kèk foto

Posté le 18 octobre 2008 par Ricot Jean Pierre

 

Démysthifier les Institutions de micro-finance

Posté le 8 septembre 2014

Mouvman patriyotik demokratik popilè (MPDP) yon nouvo zouti politik

Posté le 8 septembre 2014

Le gouvernement livre au capital impérialiste 83 % des ressources pétrolières appartenant au peuple mexicain

Posté le 5 septembre 2014

Courriers d’Haïti... Incendies et vases communiquants 22 août 2014

Posté le 28 août 2014

American Curios (La Jornada)

Posté le 26 août 2014

PROGRAMME ETASUNIEN DE DESTABILISATION CONTRE LES MEDECINS CUBAINS

Posté le 25 août 2014

Cuba, un modèle selon l’Organisation mondiale de la santé

Posté le 7 août 2014

IN DEFENSE OF PALESTINE

Posté le 7 août 2014

EN DEFENSA DE PALESTINA

Posté le 7 août 2014

Comment l’aide au développement se privatise au profit des grandes multinationales

Posté le 21 juillet 2014

 
 

Tous droits réservés © PAPDA 2005

URL ancien site (archives): www.rehred-haiti.net/membres/papda/ancien

Site réalisé par la PAPDA

Utilisation de SPIP, logiciel libre distribué sous license GPL

Hébergement chez Alternatives Canada


Enhance your browsing experience: Get Firefox