PAPDA

Plateforme Haïtienne de Plaidoyer pour un Développement Alternatif

   


Home - Démocratie participative - Réflexions critiques

L’armée d’Haïti est-elle soluble dans la démocratie ?

Article important du KSIL (Kolektif Solidarite, Idantite ak libète), Septembre 2006 contre le retour des FAD’H

Posté le 18 septembre 2006 par PAPDA

Nul ne peut contester le fait que l’armée est par excellence une institution non démocratique, pour ne pas dire anti démocratique. Toutefois elle constitue avec l’Eglise les deux entités de cette nature qui arrivent à s’accommoder avec différents types de régimes ou systèmes politiques. La question est de savoir si elle peut être mise au service de la démocratie et de la construction nationale. Certains disent « non » d’autres répondent par l’affirmative. La réponse doit être à la vérité plus nuancée. La démocratie est avant tout une affaire de séparation des pouvoirs, d’équilibre institutionnel.

Il est vrai que personne n’a jamais prôné le recours à une armée pour raison démocratique. Ceux qui produisent une telle demande parlent de préférence de sécurité, d’ordre, de discipline, de protection des vies et des biens. Il serait paradoxal en effet de prétendre promouvoir la démocratie en mettant l’emphase sur le renforcement d’institution de nature non démocratique.

La particularité de l’armée d’Haïti est d’avoir été avec l’église catholique la principale gardienne des valeurs conservatrices et réactionnaires d’un Etat anti national et anti populaire. C’est là que l’analogie avec les armées d’Amérique latine souffre d’un manque de nuance. En général ces armées ne s’opposent pas au pouvoir civil en tant que tel mais plutôt à toute tentative de renverser l’équilibre social en faveur des couches populaires. Elle fonctionne comme le garant, le dernier rempart du système démocratique bourgeois. Partant elles ne visent pas à remettre en cause l’équilibre institutionnel. Au Chili, par exemple, l’armée avait l’habitude de la démocratie c’est-à-dire d’obéir au pouvoir civil. Le gouvernement de l’unité populaire représentait une tentative de renverser l’ordre ancien par la voie démocratique. Voilà pourquoi il y a eu coup d’état au Chili et non tout simplement parce que « militè yo paka pran sant sivil ». D’un autre côté, quoique pour une large part inféodées aux intérêts américains ces armées ont un certain sens de l’intérêt national et n’étaient pas aussi discréditées aux yeux de leur population. Elles n’étaient pas perçues comme de simples forces de répression internes, mais des institutions utiles capables de défendre et de protéger le territoire national. Enfin, dans aucun de ces pays le coup d’état n’a conduit à la destruction des institutions et à l’occupation étrangère. Autrement dit aucune de ces armées n’a plaisanté avec la souveraineté nationale au point de négocier l’occupation du territoire par une armée étrangère. Voilà pourquoi la débandade des généraux argentins aux Malouines face aux anglais a précipité la chute de leur dictature. Discrédité pour n’avoir pas su défendre l’honneur national. On feint d’oublier qu’Aristide n’a fait que constater l’inexistence des Forces Armées d’Haïti (FAd’H) en débarquant sous la protection des GIs. Paradoxalement, la seule fois où l’armée d’Haïti fait référence (à) et tient au respect de la constitution c’est pour réclamer pacifiquement son droit à l’existence. Si l’on tient vraiment à ce que l’armée compte de nouveau parmi les institutions du pays les « militaires démobilisés » doivent faire leur preuve en chassant « les troupes étrangères » du territoire national. Ce n’est sûrement pas en lançant des propos désobligeant à l’endroit de la composante afro asiatique de la MINUSTAH qu’on méritera de la patrie de Dessalines. Ce sous racismes primaire sous couvert d’un faux nationalisme « restavec » cache mal une certaine nostalgie des GIs et des marines. « Dan pouri gen fòs sou bannann mi ». Il est bien sur plus facile de se proposer pour aller casser du bandit à cité Soleil que de défendre l’honneur des haïtiens face à l’armée dominicaine

Décidément nos militaires sont trop habitués à gagner leur honneur en dehors des champs de bataille. Aujourd’hui encore le seul mérite qu’ils revendiquent c’est d’avoir contribué au renversement d’un pouvoir...civil.

L’armée ne peut servir la démocratie que s’il existe des institutions fortes capables de l’astreindre au respect de l’état de droit. Parce qu’elle est une arme à double tranchant toujours susceptible de manifester sa vraie nature, elle constitue une menace permanente pour l’équilibre institutionnel. Quelle institution est aujourd’hui assez forte pour forcer des milliers de militaires à rester dans leur caserne ou pour juger un chef d’état major jouissant de la solidarité et de l’esprit de corps de ses collègues et de ses troupes ? L’armée est un chien de garde qu’il faut pouvoir toujours bien tenir en leste. Est ce à dire qu’elle est un mal nécessaire en démocratie ? Son existence ou sa survivance semble plutôt témoigner de l’insuffisance des régimes démocratiques. Le degré de civilité, la force de la culture démocratique peuvent être mesurés à partir de l’importance et du rôle de l’armée dans la société. Si la démocratie est un processus de perfectionnement institutionnel et de prise de contrôle par la société de son cadre de vie, les institutions qui par leur nature échappent à ce contrôle sont condamnées à disparaître.

Pour s’installer la démocratie a besoin d’institutions de nature démocratique, c’est-à-dire issue du suffrage des citoyens et/ou contrôlées par eux. C’est pourquoi la collusion de l’Eglise et de l’armée n’a jamais conduit à la démocratie. C’est le contraire qui est attesté par l’histoire. La débilité des réseaux associatifs, le délitement des liens sociaux aggravés par la chimérisation accélérée des catégories sociales témoignent de la faiblesse générale de la société civile. En contexte de globalisation capitaliste ce phénomène accentue la défaillance de l’Etat en même temps qu’il en subit les contrecoups. Face au chaos sociopolitique qui en découle il est tentant d’en appeler à un pouvoir fort, de type dictatorial militaire pour « rétablir l’ordre, assurer la sécurité des vies et des biens », comme on dit. On peut être pour ou contre une telle approche, débattre de son efficacité en matière sécuritaire, mais elle ne concerne pas l’institutionnalisation de la démocratie. Justement celle-ci constitue une autre option. Devant le chaos actuel, on a donc deux choix. Soit on s’abandonne à un réflexe sécuritaire en appelant à un régime fort, dictatorial appuyé sur l’armée et autres institutions traditionnelles à caractère autoritaire. Soit on fait le pari de la mobilisation citoyenne et du renforcement institutionnel démocratique.

Dans un contexte de débandade institutionnel total, toute entité non démocratique qui arrive à se renforcer risque d’imposer son hégémonie à l’ensemble de la société et confisquer le pouvoir. On comprend dès lors pourquoi et d’où émane cette demande incessante de retour de l’armée. Les élections ayant écarté certains secteurs qui n’arrivent pas à s’accommoder du suffrage universel, il ne leur reste aucun autre moyen de s’octroyer des espaces de pouvoir qu’à travers d’institutions traditionnelles non démocratiques qui échappent au contrôle citoyen. C’est à se demander encore une fois à qui profite l’insécurité. Son principal objectif semble être, à l’analyse de justifier le retour de l’armée et/ou la présence des troupes militaires sur le territoire. En enfermant la société dans cette diagonale infernale, on hypothèque à la fois le projet de construction nationale et l’édification de la démocratie : double tache historique qui s’impose au peuple haïtien en cette année de réhabilitation de notre conscience collective, deux cents ans après le coup d’état parricide de 1806.

Septembre 2006



 

Conférence-débat sur le Droit à la terre et la souveraineté alimentaire en Haïti, Mardi 31 Mai 2016, FANNY VILLA, 8h30-3h30

Posté le 20 mai 2016 par Ricot Jean Pierre

Courriers d’Haïti... Incendies et vases communiquants 22 août 2014

Posté le 28 août 2014 par PAPDA

PROGRAMME ETASUNIEN DE DESTABILISATION CONTRE LES MEDECINS CUBAINS

Posté le 25 août 2014 par PAPDA

Carta abierta sobre Cuba

Posté le 24 juin 2014 par PAPDA

Les organisations de la société civile réclament un Conseil électoral équilibré et le vote des amendements à la loi électorale

Posté le 23 mai 2014 par PAPDA

Déclaration de solidarité des organisations haïtiennes avec la Révolution Bolivarienne

Posté le 9 avril 2014 par Camille Chalmers

27 ans après, acquis et limites sur fond d’amendement

Posté le 1er avril 2014 par PAPDA

Deklarasyon Inisyativ MPDP nan okazyon 28 lane anivèsè 7 fevriye a

Posté le 3 mars 2014 par PAPDA

25 vérités sur les manifestations au Venezuela

Posté le 28 février 2014 par PAPDA

D’une tente à une chambre, rien n’a vraiment changé

Posté le 6 février 2014 par PAPDA

 

Démysthifier les Institutions de micro-finance

Posté le 8 septembre 2014

Mouvman patriyotik demokratik popilè (MPDP) yon nouvo zouti politik

Posté le 8 septembre 2014

Le gouvernement livre au capital impérialiste 83 % des ressources pétrolières appartenant au peuple mexicain

Posté le 5 septembre 2014

Courriers d’Haïti... Incendies et vases communiquants 22 août 2014

Posté le 28 août 2014

American Curios (La Jornada)

Posté le 26 août 2014

PROGRAMME ETASUNIEN DE DESTABILISATION CONTRE LES MEDECINS CUBAINS

Posté le 25 août 2014

Cuba, un modèle selon l’Organisation mondiale de la santé

Posté le 7 août 2014

IN DEFENSE OF PALESTINE

Posté le 7 août 2014

EN DEFENSA DE PALESTINA

Posté le 7 août 2014

Comment l’aide au développement se privatise au profit des grandes multinationales

Posté le 21 juillet 2014

 
 

Tous droits réservés © PAPDA 2005

URL ancien site (archives): www.rehred-haiti.net/membres/papda/ancien

Site réalisé par la PAPDA

Utilisation de SPIP, logiciel libre distribué sous license GPL

Hébergement chez Alternatives Canada


Enhance your browsing experience: Get Firefox