PAPDA

Plateforme Haïtienne de Plaidoyer pour un Développement Alternatif

   


Home - Intégration Alternative - ZLEA

Forum national sur la ZLEA

Hôtel Christopher, 12 - 14 novembre 2003

Posté le 15 novembre 2005 par Administrateur

Ecrit le 14 novembre 2003


Contenu :

-  Propos d’ouverture

-  Atelye 1 : zon franch
-  Atelye 2 : migrasyon
-  Atelye 3 : lutte contre la pauvreté
-  Atelye 4 : rezistans altenativ

-  Télécharger le rapport complet

Propos d’Ouverture

(JPG)

Monsieur, le Directeur exécutif de la PAPDA,

Mesdames, Messieurs, les représentants des organisations membres de la PAPDA,

Mesdames, Messieurs, les représentants du Gouvernement de la République,

Mesdames, Messieurs, les représentants des Institutions financières internationales,

Monsieur, le représentant du CARICOM en Haïti,

Mesdames, Messieurs, les représentants du Secteur patronal haïtien,

Mesdames, Messieurs, les représentants du secteur syndical haïtien, et du secteur paysan

Mesdames, Messieurs, les représentants de la Presse parlée, écrite et télévisée

Mesdames, Messieurs, les représentants de organismes partenaires de la PAPDA

Honorables invités,

Nous vivons une époque toute particulière dans l’histoire de la première république nègre du monde. Une époque caractérisée par des crises cycliques tant sur le plan social, politique qu’économique. Des crises qui ont abouti à une déstructuration des liens sociaux et élargi le fossé déjà très grand entre riches et pauvres. Elles ont tout aussi contribué à augmenter l’écart entre Haïti et les autres pays de la Caraïbe au point qu’Haïti est devenue le seul PMA de la région.

Lors du sommet des chefs d’Etat à Miami en décembre 1994, 4 domaines de coopération étaient retenus parmi lesquels on peut citer : l’engagement vis-à-vis de l’écologie et du développement durable qui est resté comme une lettre morte - La promotion de la démocratie qui n’a pas abouti à une meilleure participation des différents secteurs de la société aux mécanismes de prise de décisions et constat est fait de la fragilisation des structures sociales à cause des crises cycliques que connaissent les pays de la région. Le seul engagement dans lequel l’on constate une avancée spectaculaire c’est la mise en place de ce vaste marché qu’est la Zone de Libre Échange des Amériques (ZLEA). La ZLEA peut-elle aboutir à un progrès pour les peuples indépendamment des autres engagements ?

Haïti vit à l’heure de l’extrême pauvreté qui est une conséquence directe des politiques économiques et sociales séculaires tout particulièrement celles en application dans le pays depuis les années ’80. Ces politiques dites d’ajustement structurel ont montré leur incapacité à fournir des réponses aux problèmes de stabilisation et de croissance économique, aux problèmes sociaux et environnementaux. Elles n’ont fait qu’aggraver une situation déjà alarmante causée par les crises de la dette externe qui ont obligé les pays en développement à consacrer la majeure partie de leurs ressources, de leurs revenus à payer le service d’une dette qui n’a en rien servi les intérêts des couches majoritaires dans les pays pauvres. Point n’est besoin de relater des initiatives telles que la centrale thermique aux Philippines construite sur un terrain sismique, la route trans-amazonienne au Brésil, l’usine de compostage d’ordures urbaines de Port-au-Prince et l’usine sucrière de Darbonne, etc.

Les institutions de Bretton Woods contrôlées par une poignée de pays du nord, particulièrement les Etats-Unis d’Amérique, ont dévié de l’esprit de solidarité internationale qui prédominait à l’époque de l’après-guerre. Elles ont prouvé de par les stratégies et solutions proposées au pays en développement qu’elles sont des gendarmes garantissant les intérêts des pays riches et des transnationales. Leur rôle qui était au départ de financer le développement et de garantir la stabilisation de l’économie mondiale s’est transformé au fil des années. Elles sont devenues des outils au service des grandes multinationales pour leur assurer le plus possible l’ouverture excessive des marchés des pays pauvres afin de faire face à la surproduction qui caractérise l’économie du nord. Elles contribuent aussi à transformer les pays pauvres en des exportateurs de matières premières (souvent des monocultures) et importateurs de produits manufacturés , créant ainsi un déséquilibre au niveau des échanges entre le nord et le sud qui ne peut qu’être fatal pour les économies de ces derniers tenant compte de la fluctuation des prix sur le marché international des produits exportés par ces pays dits du sud.

Ce constat prouve qu’il est désormais urgent pour les populations des pays pauvres de prendre en main leur destinée en privilégiant le dialogue entre les différents secteurs afin d’arriver à définir les vraies priorités nationales tenant compte des revendications fondamentales de tous les secteurs. Ce dialogue est nécessaire et doit être engagé depuis la base afin de créer les conditions de participation véritable de tous à travers des structures viables. Cela contribuera au renforcement du rôle des collectivités territoriales qui sont un outil capital dans tout processus de démocratisation participative.

La PAPDA a cru bon d’organiser ce forum qui rassemble des représentants de tous secteurs en Haïti en vue d’engager un débat sérieux sur les vrais objectifs des accords de coopération et d’échange qui lient la République d’Haïti à d’autres pays tel que les Etats-Unis d’Amérique à travers le projet de la Zone de Libre-Échange des Amériques (ZLEA).

Vous qui êtes ici, vous avez répondu par l’affirmative à cette convocation faite par la PAPDA parce que, sans risque de me tromper, vous croyez qu’une autre Haïti est possible en conjuguant les efforts de part et d’autre. Vous avez répondu présent parce que vous croyez que c’est par le dialogue et la participation de tous qu’on peut arriver à construire un pays souverain, prospère et solidaire de tous les peuples du monde entier. A l’horizon 2004 qui nous rappelle les 200 ans de cette victoire sublime sur les forces esclavagistes des 4 siècles passés, nous avions témoigné de notre volonté de construire cette nation haïtienne qui reflèterait les vraies aspirations de tout citoyen haïtien.

Les opinions sont diverses et partagées sur le document de l’accord et ses objectifs. Cependant, tout le monde s’accorde à reconnaître qu’Haïti a perdu une partie importante de ses capacités productives et connaît aujourd’hui une situation de dépendance telle qu’elle subit le contrecoup de toute crise de l’économie nord-américaine.

Quelle est la place d’Haïti dans l’économie mondiale actuellement ? Quel rôle est-elle appelée à jouer dans la division du système d’échange ? Comment comprendre les mesures de libéralisation commerciale prise par le Gouvernement haïtien à la lumière des négociations en cours en vue de l’établissement de la ZLEA à l’horizon 2006 ? Quels sont les avantages, les inconvénients et les conséquences directes d’un tel accord sur les conditions de vie des populations pauvres ? Quel est le rôle défini pour les Etats dans le nouvel accord ? Comment garantir la souveraineté des Etats face aux géants de l’économie mondiale ? Quelles sont les alternatives aujourd’hui face au projet de libéralisation à outrance des frontières de l’Amérique à des fins purement économiques ? Quelles stratégies nationales adoptées afin de répondre aux besoins de politique de développement basée sur les intérêts nationaux ?

Autant de questions auxquelles le Forum qui débute aujourd’hui va tenter de répondre avec votre contribution ; vous qui êtes là et qui témoignez de votre intérêt dans la recherche d’alternatives sociales et économiques répondant aux véritables revendications de la population haïtienne.

De Porto Alegre en passant par Cuba, Argentine, à travers tout le continent et de façon constante, les mouvements de citoyens se montrent de plus en plus hostiles aux dogmes néo-libéraux, la ZLEA en particulier considérée comme un nouvel outil de domination de l’impérialisme. Ils ont montré que de nouvelles formes de coopération et d’intégration est possible entre les peuples pour atteindre les objectifs du Millénaire fixés par l’ONU.

Notre rencontre aujourd’hui témoigne de notre volonté à participer à la construction de cette nouvelle forme de coopération et de novelles structures capables d’assurer la participation des populations dans la définition de leurs propres modèles de développement.

D’ores et déjà, je vous souhaite bon travail et je vous remercie d’avance pour votre participation aux trois journées de travail.

" Une autre Haïti est possible "

Merci.

(JPG)

Ricot Jean Pierre

Coordinateur du Programme Intégration Economique Alternative au sein de la PAPDA

Atelye 1 : ZLEA, zòn franch, mache lib : avantaj ak dega sou koze lagrikilti nan peyi d Ayiti

(JPG) Apre tout diskisyon sou sitiyasyon lagrikilti nan peyi d Ayiti ak yon analiz kite fèt sou inisyativ Leta pou depafini ak tout ti rès tè fètil ki genyen nan peyi a nan mete beton pou fè faktori, atelye sa a kite gen ladan li reprezantan tout sektè mele ak reprezantan Ministè Agrikilti, nou te mete nou dakò sou pwen sa yo.

Atelye a :

1) Kritike modèl devlòpman agrikòl tèt anba ki fè pwodiktè agrikòl yo depann piplis parapò ak angrè oswa lòt remèd ki soti nan peyi letranje ki achte ak deviz. Yon model ki chita sou politik ouvèti OMC ak politik ajisteman estriktirèl Bank Mondyal ak FMI ap foure nan gòjèt peyi pòv tankou Ayiti ;

2) Kritike peyi devlope tankou Etazini ki ap fòse ti peyi pòv tankou Ayiti pou elimine tout avantaj (sibvansyon) yo konn bay peyizan pwodiktè lakay yo alòske, menm gwo peyi sa yo ap ogmante kantite lajan bourad yo konn bay peyizan lakay yo. Sa montre aklè se yon seri mezi ki vize detwi tout kapasite pwodiksyon ti peyi yo pou yo tounen depo manje fatra ki soti nan gwo peyi yo ;

3) Reklame pou Leta kowòdone preparasyon yon politik sektoryèl agrikòl epi sipèvize aplikasyon li nan tèt kole ak tout enstans (òganizasyon, enstitisyon, asosyasyon peyizan, elatriye) nan sosyete sivil la ki gen konpetans pou sa. Politik agrikòl la dwe touche dega komès fè sou agrikiltè yo.

4) Ankouraje tout fòm òganizasyon travayè ki tonbe anba grif faktori nan konsètasyon ak travayè nan Sen Domeng nan kad presyon pou amelyore kondisyon yo ;

5) Reklame yon konsètasyon ant ONG yo nan kad yon plan devlòpman lokal ki pou bay bon jan rezilta epi ki ap genyen pou baz reyalite chak zòn kote yap aplike plan sa a ;

6) Mande pou gen plis jefò ki fèt pou sansiblize chak sitwayen ayisyen yo pou ankouraje konsome pwodui lokal yo konsa na kapab kenbe kilti lakay nou ak tradisyon nou yo. Nou konprann si yon pèp pèdi kilti li, ak fason li konn travay sa vle di li sispann egziste. Fòk gen yon kanpay bòykòt pwodui pèpè yo pou nou rive bay pwodiksyon lakay ak travay peyizan yo jarèt ;

7) Reklame pou gen yon plan ledikasyon ki kapab ankouraje moun dekouvri richès, resous peyi a genyen ladan li ;

8) Mande pou genyen lòt kalte inisyativ tankou fowòm sa a ki repete toupatou nan peyi a pou enfòme ak sansiblize popilasyon an sou danje ZLEA a ak lòt akò menm jan an reprezante pou peyi a ak chak grenn sitwayen. Konsa tou, na kapab chache lòt kalte altènativ ki makònen ak reyalite nou epi sa nou bezwen kòm pèp pou nou kontinye kenbe diyite nou ;

9) Mande pou Leta òganize filyè pwodiksyon yo (tankou nan ankouraje bon jan koperativ agrikòl) pou yon bon jan repatisyon ristoun yo.

Atelye 2 : ZLEA ak migrasyon rejyonal, sikilasyon byen, sèvis ak moun libelibè

(JPG) Gen 3 gwo pwoblèm nou te poze anvan nou te koumanse debat kesyon an.

1. Popilasyon ayisyèn na pa enfòme sou pwojè ZLEA a : Etandone li pa enfòme, gouvènman oswa gwoup nan sosyete sivil la kap toujou pran desizyon, osnon siyen akò nan non li, menmsi li pa bon pou li.

2. Nan kad ZLEA a, se pa mo echanj la ki kòrèk : Gen echanj, se lè pwotagonis yo nan sitiyasyon plizoumwen egal kote yo chak gen posiblite egal pou yo echanje byen ak sèvis yo ; nan kad akò sa a, se pito enpoze yo enpoze yo li. Ou pa gen ankenn chwa ou kap fè.

3. Pwojè ZLEA a la depi lontan, men li pran divès fòm nan listwa. Se depi lontan Ayisyen ap manje manje pèpè, ap konsonmen rad pèpè, gouvènman pèpè, demokrasi pèpè.

Nou te eseye gade nan travay nou kouman pwodui, byen ak sèvis yo sikile nan mitan popilasyon ayisyèn nan.

Nou kapab wè pa ka menú rive satisfè bezwen primè li yo, sa vle di, jwenn manje pou li manje, kay pou li rete, dlo pou li bwè, elatriye.

Sa nou ofri sèlman an gwo sou mache entènasyonal la se moun. Migrasyon moun : Moun kab debat nan gwo sitiyasyon difisil, menm tou, pakèt Ayisyen, menm si yo pa gen ankenn pwoblèm pou yo ta rete nan peyi a toujou gen nan tèt yo lide lòt bò dlo ap pi bon toujou.

Kidonk, anndan pwoblèm migrasyon sa a, nou gen 2 gwo pwoblèm pou jere.

a) Yon bò, pwoblèm moun yo kap viv sitiyasyon ekonomik (Egzanp : Ayiti - Repiblik Dominikèn) ki di kote solisyon ki pa fasil la, se janbe nan yon lòt peyi.

b) Yon lòt bò, yon sistèm edikasyon ki devlope lakay ayisyen an yon mantalite migran kote nan tout sektè nan lavi nasyonal la, pou tout kalte pwodui, byen ak sèvis, moun nan prefere ale pran li deyò, epi kote tou, li pa janmen santi li byen lakay li.

Depi nan lekòl, yo aprann Ayisyen an bay sa ki lakay li do ; pwogram lekòl la pa gen anyen pou wè ak reyalite ayisyèn nan, lang yo fòme ayisyen an, se pa lang li pale ;

Inivèsite a nan jan li ap fonksyone, jan pwogram li chapante, li pa reprezante yon zouti pou ede nan chanjman nan sosyete a ; Pwojè inivèsite Leta ayisyen an, se bay timoun yo lisans pou voye yo ale fè metriz, doktora nan peyi lòt bò dlo yo, epi vin kontinye bay estrikti peze souse a jarèt san li pa poze tèt li kesyon sou sistèm nan. Konsa, fòmasyon kad yo resevwa se osèvis sistèm etranje a li ye. Li pa gen anyen pou wè ak chanjman ki dwe fèt nan sosyete pou yon lòt kalte devlòpman.

Nan sans sa a, li enpòtan pou gen yon lòt vizyon devlòpman ki soti anndan vant mouvman popilè epi tou ki ap gen kòm motè yon lòt sistèm edikasyon, yon lòt inivèsite ki marye ak reyalite peyi a ap viv. Sa t ap pèmèt nou jwe yon gwo wòl nan echanj ak lòt peyi yo nan pote eksperyans ak sa nou konn fè bay lòt yo. Nou t ap an menm patisipe nan chanje relasyon depandans nou genyen parapò ak lòt peyi nan zòn nan an patikilye Etazini.

Youn nan pi gwo pwoblèm ki genyen nan pwopozisyon pou mete mache lib ZLEA a se lè nou gade pa gen okenn pwovizyon oubyen diskisyon pa janm fèt sou sikilasyon moun ant peyi yo. Sa fè nou wè klè se aspè mache ak ekonomi an ki enterese pwomotè pwojè a. Travayè onèt ki ta renmen ale chache travay nan lòt peyi pap gen posiblite sa a paske se sèlman diskisyon sou sikilasyon byen ak sèvis ki ap fèt. Li enpòtan pou nou chache konprann pouki sa ?

Etazini ap travèse yon kriz ekonomik ki se rezilta twòp bagay yo pwodui lakay yo pandan mache yo pa vrèman ogmante. Kriz sa a mete konpayi miltinasyonal devan yon sitiyasyon kote yo oblije jwenn lòt debouche, lòt mache pou livre machandiz yo epi pou yo kapab rive fè konkirans ak blòk Ewop, Azi ki konstitiye yon menas pou ekonomi lakay paske yo gen yon pi gwo PIB. Apre eksperyans ALENA (Akò Lib Echanj nan Nò-Amerik la) ki te siyen ant Etazini, Kanada ak Meksik, yo panse se yon gwo opòtinite yo genyen pou yo louvri yon gwo mache ak tout peyi nan Amerik la. Sa ki tap pèmèt yo double kantite lajan ki antre lakay yo atravè miltinasyonal yo. An menm tan, Etazini pa vle vin gen twòp travayè lakay li lè nou konsidere kisa sa mande an tèm asirans sosyal. Konsa li pa poze pwoblèm sikilasyon travayè menm jan sa ap fèt anndan mouvman popilè yo.

Nou kwè li enpòtan pou nou reflechi sou sitiyasyon travayè migran yo jounen jodia epi batay, menm jan ak lòt peyi kap fè sa, pou nou montre kouman ZLEA pa gen anyen pou wè ak batay kont lamizè ak esklizyon pandan n ap soulve kesyon sikilasyon travayè ak pwofesyonèl yo soti nan yon peyi ale nan yon lòt.

ZLEA a se yon zouti ki la pou kraze tout kapasite klas travayè yo genyen epi fè yo vin pi pòv chak jou. Nou dwe montre chak jou piplis enjistis ki genyen anndan pwojè sa a epi mande Gouvènman ayisyen pou li kanpe sou tout negosyasyon nan kad pwojè sa a paske li pa gen anyen pou li wè ak batay pèp yo pou yon lòt kalte lavi nan diyite.

Inisyativ fowòm sa a, se yon bèl okazyon ki pèmèt nou poze yon seri kesyon ki se yon bann gwo pwoblèm nan relasyon tout peyi nan kontinan an patikilye ant Repiblik d Ayiti ak Repiblik dominikèn. Atelye a swete wè gen kèk inisyativ konsa ki ta genyen patisipasyon anpil òganizasyon dominikèn ki ta kapab diskite ak òganizasyon ayisyèn yo sou sitiyasyon migrasyon ant 2 peyi yo epi ki jan nou kapab bati estrateji pou regle yon seri pwoblèm epi fè presyon sou Leta yo pou gen bon jan komisyon gouvènmantal kap travay sou sa nan tèt kole ak sosyete sivil yo.

Atelye a pwopoze pou gen òganizasyon dwa moun an patikilye sa kap travay sou kesyon migrasyon ki patisipe nan Kowalisyon Nasyonal kont ZLEA pou yo rive fè tèm migrasyon tornen youn nan gwo kesyon pou deba nan kad akò sa a.

Atelye 3 : Intégration économique et lutte contre la pauvreté : Quels mécanismes ?

(JPG) Pour une intégration économique autre que celle proposée - pour une autre intégration solidaire qui permet la participation de tous, échanges entre les peuples ;

Pour une intégration locale, nationale, au niveau des organisations afin de consolider, resserrer les liens déjà existants ; consolider, renforcer les réseaux de solidarité internationaux. Ex : Rencontre de paysans haïtiens et de paysans cubains à Cuba.

Nécessité d’aborder la question de la pauvreté de manière non-superficielle - rechercher les causes génératrices de pauvreté - les facteurs politiques - les choix des gouvernements

PRSP :
-  Long terme
-  Appropriation de la population
-  Objectifs mesurables, quantifiables
-  Structure verticale
-  Nouvel élément de conditionnalité pour l’accès aux fonds
-  Renforcement du pouvoir des institutions financières internationales
-  Mise en question du processus de consultation des " groupes organisés " tel qu’enclencher par les instances étatiques - consultations déjà en cours - séminaire sur la participation - sous représentation des secteurs concernés - récupération idéologique
-  Nécessité pour les organisations de faire un travail d’information et de sensibilisation sur la démarche en cours - proposition de stratégie parallèle
-  Identification des obstacles aux organisations - problèmes de misère - faiblesse des outils de résistance - échec des expériences antérieures - démobilisation, désillusion - approcher avec prudence la question des programmes de lutte contre la pauvreté.

Atelye 4 : Rezistans kont ZLEA ak Altènativ pou Ayiti

(JPG) Apre 3 jou fowòm sa a, nou tout rive dekouvri ZLEA a se yon plan lanmò menm jan ak tout remèd chwal FMI ak Bank Mondyal toujou ap pwopoze peyi yo.

Soti 1994 pou rive 2002, sa fè 8 lane, batay kont ZLEA a pate pran yon gwo vitès nan peyi d Ayiti.

Soti 2002 pou rive jounen jodia, Ayiti poko fè anpil travay kont ZLEA, dapre kalandriye 2003 a.
-  Batay kont ZLEA a se 3 sektè kle (peyizan, travayè, fanm) ki fòme yon triyab ki dwe pote batay sa a.
-  Nan sans sa a, nou pwopoze pou gen ankadreman pou sektè sa yo, plis jèn yo pou nou byen asire nou nan batay kont ZLEA a.
-  Ranfòse platfòm nasyonal kont ZLEA a ak konstwi fwon rezistans kont ZLEA an menm tan n ap estriktire li nan chak depatman.
-  Mennen yon kanpay vilgarizasyon, mobilizasyon, konsyantizasyon kont ZLEA a nan tout peyi a.
-  Ogmante kantite ak kontinye fè seminè nan tout peyi pou louvri je tout popilasyon an sou malè pandye sa a.
-  Motive tout sektè sou plan ZLEA a tankou inivèsite, lekòl primè, segondè, gwoup kiltirèl, atis, sektè enfòmèl, elatriye.
-  Dwe genyen estòk dokiman sifizan pou branch rejyonal yo ka distribiye (itilize) nan tout aktivite kap fèt kont ZLEA a ak tout lòt plan enperyalis la.
-  Fòk gen yon nouvo kalandriye mobilizasyon kote n ap mete tout sa ki pat gentan fèt nan kalandriye 2003 a tankou konsiltasyon popilè, referandòm, plebisit, elatriye.
-  Fòk genyen aktivite ekonomik andedan òganizasyon yo pou kore rezistans la tankou ede gwoup yo oubyen pwodiktè yo antre nan mache jis altènativ la.
-  Tout òganizasyon ki patisipe nan fowòm sa a dwe pran angajman pou mete batay kont ZLEA a nan pwogram travay yo. Se konsa atelye 5 la, tout santèn

Téléchargez le rapport complet :

Word - 797 ko
Rapport complet du Forum
PDF - 616.1 ko
Rapport complet du Forum


 

L’USAID prise la main dans le sac !

Posté le 24 juillet 2013 par PAPDA

HOPE n’apporte pas d’espoir pour Haïti

Posté le 23 décembre 2009 par Ceco

Les Mouvements sociaux de l’Amérique Latine et de la Caraibe contre la ZLEA

Posté le 22 mai 2006 par PAPDA

5ème Rencontre continentale de Lutte contre la ZLEA

Posté le 18 avril 2006 par PAPDA

V Encuentro Continental de Lucha contra el ALCA

Posté le 17 avril 2006 par PAPDA

Mar del Plata : Mouvements sociaux en lutte pour des alternatives à l’ALCA

Posté le 20 décembre 2005 par Administrateur

Estados Unidos versus América Latina

Posté le 28 novembre 2005 par Administrateur

Discours de Hugo Chavez au IIIe Sommet des peuples de l’Amérique

Posté le 28 novembre 2005 par Administrateur

Amérique du Sud : échec et mat au libre-échange ?

Posté le 23 novembre 2005 par Administrateur

Costa Rica : Multitud rechaza el TLC con los Estados Unidos

Posté le 21 novembre 2005 par Administrateur

 

Quelle planification pour les 1.3 millions de déplacés ?

Posté le 7 décembre 2010

Déclaration de la Campagne "KABA GRANGOU" sur la conjoncture

Posté le 23 novembre 2010

Nòt pou lapres Kaba Grangou

Posté le 23 novembre 2010

Rejection of MINUSTAH

Posté le 28 octobre 2010

Comment Monsanto s’infiltre dans les pays du Sud (Source :Terra-eco)

Posté le 28 octobre 2010

Deklarasyon TK, Chandèl, MODEP

Posté le 18 mars 2008

Haïti, les Élections et la Démocratie

Posté le 8 octobre 2007

Haiti : Why is it necessary to relieve Haiti of its debt burden ?

Posté le 13 avril 2006

Haïti et la crise de la dette externe envers la France

Posté le 13 avril 2006

Pour une annulation IMMEDIATE de la dette envers la Banque Interaméricaine de Développement !

Posté le 8 mars 2006

 
 

Tous droits réservés © PAPDA 2005

URL ancien site (archives): www.rehred-haiti.net/membres/papda/ancien

Site réalisé par la PAPDA

Utilisation de SPIP, logiciel libre distribué sous license GPL

Hébergement chez Alternatives Canada


Enhance your browsing experience: Get Firefox